Marina

L’auteur a d’abord été son propre « cobaye », ce qui légitime d’autant plus, à  mes yeux, sa démarche.
Par ce livre, je me suis plongée dans un passionnant jeu d’exploration intérieur.
Le ton est ludique, léger tout en restant captivant et profond. Cela m’a inspirée et boostée. J’ai adoré !


Mais au fait, pourquoi ce livre ?

épars. Oui, voilà , comment je qualifierais la présence de billets sur ce blog depuis quelques mois. Sporadique, disséminée, dispersée. Et pour cause mes petits chéris … pendant tout ce temps, j’en ai écrit des lignes. Mais pas ici. Parce que je vous ai préparé une surprise de taille…. (roulement de tambours)…. un LIVRE !

Voilà  pratiquement deux ans que ce projet a émergé dans un coin de ma tête. D’abord je l’ai imaginé. Cette envie d’écrire, je la porte au fond de moi depuis que je suis petite, comme un rêve. Mais bon, il m’a fallu une bonne dose d’audace pour m’autoriser à  me sentir légitime sur ce projet d’auteur. Une fois passée cette étape, j’ai enquêté, approfondi mon sujet, bûché pour donner forme au manuscrit (ça n’a pas toujours été facile !). J’ai pris du recul pour mieux le regarder, puis je suis retournée le modeler, l’affiner, l’enrichir pour qu’il colle exactement à  mes attentes. Je l’ai couvé en attendant qu’il trouve son éditeur. J’ai sauté de joie quand j’ai appris qu’il serait publié par la maison dont je rêvais. Et petit à  petit, je l’ai laissé passer entre d’autres mains que les miennes… se faire beau pour mieux vous rencontrer. Et je suis très fière de vous annoncer qu’il sortira dans quelques jours et que vous pouvez d’ores et déjà  le pré-commander en ligne ! Il s’appelle « Réinventer sa vie professionnelle… quand on vient de la commencer ». Il sortira le 7 décembre, aux éditions Eyrolles. Je l’ai écrit et illustré. Je suis remplie de sentiments contraires à  l’idée de le voir naître : impatiente, un peu gênée (j’y ai mis tout mon coeur et je l’ai écrit avec mes tripes), mais surtout très excitée 🙂  Tadaaaam :

mockuplivre_marionlfd

De quoi parle t-il ? Voici un extrait de la quatrième de couverture …

Suis-je vraiment à  ma place dans ce que je fais ?
Le job de mon boss ne me fait pas rêver… c est normal ?
Si je ne fais rien, est-ce que je vais passer à  côté de moi-même ?
Si ces questions vous parlent, rassurez-vous, vous n êtes pas un cas isolé ! à€ l heure o๠tout le monde rêve de trouver du sens, la génération Y a elle aussi envie d accéder au kif professionnel. Pourtant repartir de zéro relève parfois du défi : tout plaquer, certes, mais pour faire quoi ? Avec quel argent ? Comment braver ses peurs et sauter le pas ? Parsemé de témoignages de vrais reconvertis, de conseils concrets, de tests ludiques et d exercices… ce livre vous accompagnera à  chaque étape de votre reconversion.
Yes you can !

Vous l’aurez compris… c’est un guide de développement personnel ! Et il s’adresse à  tous les vingtenaires / trentenaires qui aimeraient d’une façon ou d’une autre (re)mettre d’avantage d’eux-même dans leur job, pour s’y sentir (enfin) à  leur place.

 

Pourquoi avoir choisi d’écrire un livre sur la reconversion, destiné à  la génération Y ?

C’est la question que l’on me pose le plus souvent. Certains d’entre vous le savent déjà , je me suis moi-même reconvertie à  28 ans, en passant de l’univers du marketing à  celui du coaching. Dit rapidement, comme ça, on a l’impression que ça c’est fait de façon totalement simple et fluide. En fait pas du tout. Ha ! Je vous ai bien eus.

Avant de trouver ce que je voulais « vraiment faire de ma vie » (aider les autres à  trouver leur voie), j’ai d’abord raté ma première reconversion. Oops. J’ai quitté un CDI (oui je sais) qui ne me convenait pas, pour monter une boîte de maroquinerie avec une amie. En quittant le monde de l’entreprise pour reprendre ma liberté (n’ayons pas peur des mots), je me suis sentie très whaouh. Très licorne arc-en-ciel (hum ?!), en mode « ouais, moi je suis une néo-entrepreneuse », et toc ! Sauf qu’au bout de huit mois, je me sentais toujours à  côté de mes pompes, et pas du tout dans ma « zone d’excellence » (#fail). Alors j’ai gentiment quitté ce projet en expliquant à  mon amie que cette aventure n’était pas faite pour moi, et que je devais trouver ma (vraie) mission de vie. Et en licorne arc-en-ciel un peu déchue et claudiquante (et craintive de ce qu’on allait bien pouvoir penser de moi…), je suis rentrée à  l’écurie pour faire un point avec moi-même.

J’étais zombie, perdue. J’avais besoin de me recentrer sur qui j’étais vraiment. Le hasard faisant bien les choses, j’ai rencontré une consultante dont le métier était justement d’aider les gens à  identifier le job de leurs rêves, gràce à  un super test : le STRONG® (oui, celui que je fais moi-même passer à  mes clients maintenant, ha !). En attendant fébrilement mes résultats, j’ai entrepris de refaire un point complet sur mon parcours, et de rassembler tout ce que l’on avait bien pu dire de moi, de ma personnalité, de mes qualités : quand j’étais petite par le biais de mes parents, puis à  l’école, au collège, au lycée, pendant mes stages, mes colonies de vacances, etc. J’ai repris mes bulletins, mes rapports de stages, mes appréciations. J’ai aussi essayé de comprendre ce qui m’avait plu / déplu dans mes différentes expériences professionnelles et personnelles, en termes de missions, de tàches, d’ambiances, d’univers. Objectif ultime : rassembler toutes les pièces éparpillées de moi-même, comme dans un grand puzzle, pour remettre les facettes ensemble et créer du lien. Et j’ai mis le doigt sur le fait que je n’étais sans doute pas totalement idiote, mais pas complètement faite pour les environnements dans lesquels j’avais évolué jusqu’à  présent (sans blague). Ma petite voix me disait que mon truc à  moi, finalement c’était peut-être plus le domaine des relations personnelles et de la littérature. Let’s see.

Le matin des résultats Strong, j’enfourche un Vélib’ (chose suffisamment rare pour être soulignée), et je me lance en direction du bureau de la consultante (situé au mois à  3 km). J’avais l’impression de pédaler vers mon destin. Truc de fou. Et là , mes intuitions se sont confirmée : j’étais effectivement faite pour des métiers d’accompagnement, et j’avais un profil bien plus artistique que je ne l’aurais initialement soupçonné. Ce jour-là , j’ai eu l’impression de me retrouver moi-même et de faire la paix avec toutes mes bizzareries. C’était magique. La suite, vous la connaissez, je suis devenue coach bien sûr. Mais le chemin n’a pas été aussi simple. Parce qu’en vrai, une reconversion professionnelle, c’est un parcours de longue haleine, semé de montagnes russes émotionnelles.

Et ça ressemble un peu à  ça :

Capture d'écran 2017-01-06 à 15.57.04

 

Alors… que fait une nana qui aime bien les livres de développement personnel (oui, c’était déjà  le cas avant !) quand elle se retrouve confrontée à  la grande traversée du désert du néo-reconverti ? Elle va à  la FNAC, pardi ! Sauf que là , je ne peux pas dire que j’ai été complètement satisfaite de ce que j’ai trouvé… Grosso modo, soit je tombais sur des livres destinés à  quarantenaires / cinquantenaires, qui choisissent de se reconvertir après avoir eu une « vraie » première vie professionnelle (malheureusement pas mon cas, trop tôt !). Soit je tombais sur des ouvrages destinés à  des lycéens qui cherchent vers quelles études s’orienter (euhhh trop tard !). Franchement, j’avais vraiment l’impression d’être un cas isolé avec ma problématique de « trentenaire qui se pose des questions sur son job alors qu’elle vient à  peine de commencer » !
.
Et pourtant… en partageant ma décision de reconversion autour de moi, avec des proches, des amis, des gens de mon àge en soirée, j’ai réalisé que j’étais loin d’être la seule à  ne pas me sentir à  ma place et à  chercher davantage de sens. Des personnes dont j’étais peeeeersudée qu’elles étaient hyper épanouies dans leur job ont commencé à  me demandé : « ah bon ? Tu as trouvé ce pour quoi tu étais vraiment faite ? Mais comment t’as fait ? T’as passé un test ? » Comme si leur faisait l’effet d’une révélation pour elles-mêmes.
 .
giphy
 .
Chelou. En fait, mes confessions intimes (n’ayons pas peur des mots) généraient un effet « miroir » : j’avais l’impression que mon histoire réveillait des envies enfouies chez les autres, qui se demandaient à  leur tour s’ils n’allaient pas tout envoyer valdinguer. Comme j’étais en plein dans mes études de coaching (#étudianteà nouveau) et que je devais rendre un mémoire pour valider mon diplôme, j’ai eu envie de me pencher sur ce phénomène dont j’étais à  la fois actrice et spectatrice : les « reconversions précoces ». J’ai adoré enquêter sur ce sujet, en comprendre les tenants et les aboutissants. Et surtout, découvrir comment le coaching peut aider des personnes de la génération Y qui choisissent de se reconvertir du jour au lendemain ! Mon mémoire a été très bien accueilli par le jury, alors j’ai eu envie d’aller plus loin. De partager les résultats de mes recherches, mais aussi mes méthodes de coaching, d’introspection, de reconversion, avec les gens de ma génération, parce qu’ils étaient les premiers concernés par le sujet ! La suite vous la connaissez : j’ai mis à  profit mon expérience de reconvertie et de coach pour écrire ce livre. Je me suis basée sur mes recherches de mémoire, certes, mais j’ai écrit le bouquin en repartant de zéro, car le contexte et la cible n’étaient pas du tout les mêmes. J’y ai intégré mon histoire personnelle. J’ai également interrogé de vrais vingtenaires et trentenaires reconvertis pour comprendre leur parcours. J’ai parsemé le livre de leurs témoignages, leurs exemples, leurs fragments de vie. Parce que plus il y a d’histoires différentes, mieux on se projette. J’y ai inséré tous les exercices qui m’ont moi-même aidée à  trouver mon chemin, et que j’utilise au quotidien avec mes clients. Et surtout, surtout, j’ai saupoudré mon livre d’humour, de dessins rigolos. Parce que c’est quand même plus sympa, non ? 😉
 .
Bref, ce livre, c’est un peu celui que j’aurais voulu trouver à  la FNAC quand je me suis reconvertie à  28 ans… et j’espère sincèrement qu’il pourra vous aider, si vous êtes de près ou de loin concerné par ce thème ! Yes you can !
Je vous embrasse chaleureusement 🙂

 

 


Test

« Test »