Savoir dire « non », c’est se dire oui à soi-même

Pendant longtemps, je n’ai pas su dire « non ». Je me souviens de ce poste occupé avec une boss tyrannique que je détestais. Elle me faisait tourner en bourrique sur tout, me faisant faire et défaire, puis refaire et redéfaire ce que je venais de faire… Je perdais complètement mes moyens devant son espèce de suprématie volée. Et surtout, je m’en voulais de subir cette situation sans rien dire. Un jour, elle m’a violemment accusée de quelque chose que je n’avais pas fait. Alors là, ça a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Estomaquée par tant d’injustice, c’était plus fort que moi. J’ai poussé une gueulante : « NON, je ne suis pas d’accord !! ». Je crois bien que c’était la première fois que je disais « non » à un de mes boss. D’ailleurs, j’en tremblais. Elle était médusée, scotchée, calmée. Et moi, soulagée d’avoir réparé l’injustice. Ce jour-là, j’ai enfin posé des limites. Mieux vaut tard que jamais ! J’ai compris qu’en lui disant « non », je m’étais respectée et que je l’avais elle aussi amenée à enfin me respecter.

Dire « oui » sans conviction et à contre-coeur engendre une amas énorme de frustrations totalement toxiques pour soi et pour sa relation avec les autres. Ça biaise complètement les choses, puisque la personne à qui vous dites « oui » a l’impression que vous êtes « ok«  avec la situation ou la demande, alors qu’en réalité ça n’est pas du tout le cas. En cédant sur tous les points, vous finissez par vous perdre complètement de vue, ainsi que vos besoins personnels. Et vous prenez le risque non négligeable de donner un pouvoir illimité aux autres.

Ça commence par des petites choses. Il est 17 heures. Vous parvenez tant bien que mal à terminer ce foutu dossier qu’on vous a confié, jonglant entre vos emails urgents, les coups de fils incessants et les interruptions multiples de vos collègues pour raison x / y, plus ou moins utiles. Vous réjouissant de cette fin de journée, vous commencez un peu à décompresser à la perspective de votre soirée tranquilou bilou. D’un coup, voilà votre boss qui débarque sens-dessus-dessous et vous conjure de l’aider à faire de toute urgence ce truc dont il a absoooolument besoin pour demain matin. Vous seul pouvez le sauver, vraiment.

Combien de fois vous êtes-vous déjà retrouvé dans ce cas de figure ? Ou si vous êtes à votre compte, combien de fois avez-vous déjà dit « oui » à un client qui vous demandait l’impossible, parce que vous aviez le sentiment de ne pas avoir le choix ?

Et là je ne parle bien entendu que du domaine pro. Et dans le perso ? Parlons-en du perso ! Combien de fois avez-vous accepté de rendre service à untel ou unetelle parce que vous n’osiez pas refuser… Parents, tantines, copains, copines, grand-parents. Tout en pensant bien bas mais très fort dans votre tête au célèbre dicton : « trop bon, trop con…! » On aimerait parfois pouvoir refuser la demande d’un proche qui nous demande quelque chose que l’on n’a pas nécessairement le temps, l’envie ou la possibilité de faire… mais c’est compliqué. Comment il (ou elle) le prendrait ?!

injustice

Rassurez-vous, dire « non » est perçu pour une grande partie de la population comme l’un des trucs les plus difficiles à faire.

 

Pourquoi donc ? Analyse d’un syndrome.

Petits, on nous a appris l’équation suivante : dire oui = être poli ; dire non = être insolent. Bon, déjà ça commençait assez mal. Ceux qui ont dit « non » et qui se sont pris des torgnoles pourront en témoigner. En gros, la marche à suivre pour rentrer dans les rangs, c’était de dire « oui » à ce que l’on nous demandait, de suivre les règles et d’obéir. Seule cette conduite nous faisait accéder à la sacro-sainte reconnaissance positive de nos bien-aimés parents, de nos profs, enfin du monde des adultes quoi. On pourrait presque s’arrêter là dans l’explication… Puisqu’on nous a conditionnés à ne pas être autorisés à dire « non » !

Devenus adultes, ça se complexifie. Souvent, quand on n’ose pas dire « non », on dit « oui » parce qu’on a (au choix) :

  • Peur d’être jugé, en pensant différemment des autres
  • Peur de blesser, parce que quand même, ce n’est pas très agréable de recevoir un « non »
  • Peur d’exprimer ses besoins, généralement différents de ceux des autres
  • Peur de décevoir, parce qu’on ne peut pas / veut pas faire ce qu’on nous demande
  • Peur des conflits, parce qu’on pense que dire « non », c’est tenir tête
  • Peur de se mettre en danger, notamment dans le milieu professionnel : « si je dis non, mon boss ou mon client va moins m’aimer, il va avoir une mauvaise image de moi, je vais être sur la sellette, je vais peut-être même me faire virer, qui sait »
  • Peur d’altérer son image, d’être « moins aimé », voire d’être rejeté
  • Besoin de se rendre indispensable

Ne nous méprenons pas. Ces peurs correspondent à des besoins qui sont des besoins positifs, ils partent d’une bonne intention : celle d’être apprécié des autres, d’aider un ami / un parent / un boss / un collègue, de vouloir avoir de bonnes relations, de se sentir utile et valorisé, de se sentir en sécurité, aimé, etc. Le hic, c’est quand ces besoins là (qui sont des besoins qui vous relient aux autres) écrasent littéralement une petite voix en vous. Celle qui aimerait vraiment, vraiment beaucoup dire « non » parce qu’elle aussi, elle en a vraiment besoin, pour des raisons qui lui sont personnelles.

 

Pourquoi est-ce si important, de « dire non » ?

Apprendre à dire non, c’est apprendre à se respecter, à respecter ses besoins. C’est aussi amener les autres à respecter nos besoins, et donc à nous respecter tout court.

« N’essaie pas de plaire à tout le monde, ou bien tu perdras le respect de tous. « 

Paulo Coelho

Dire « non » c’est vous donner l’opportunité de :

  • Vous affirmer, augmenter votre charisme
  • Etre en accord avec vous-même : quand vous prononcez un « oui », c’est un vrai « oui ». Quand vous prononcez un « non », c’est un vrai « non ». Simple comme bonjour, et pourtant… loin d’être universel !
  • Poser vos limites et vous faire respecter
  • Exprimer vos convictions personnelles, respecter vos valeurs, être dans votre intégrité
  • Simplifier vos relations avec les autres, c’est peu dire !
  • Augmenter votre confiance en vous

Et en plus, professionnellement cela vous permet de :

  • Gagner du temps dans votre travail
  • Etre plus fiable, plus crédible aux yeux des autres : vous connaissez vos priorités et vous les respectez. Si vous savez que ce n’est pas réaliste pour vous de prendre ce dossier compte tenu de votre dose de travail, vous savez défendre vos priorités

 

Oui, mais…

Je vous vois venir : « Dire non dans la vie de tous les jours, d’accord… Mais comment dire non à mon boss, c’est impossible, je n’ai pas le droit ! »

Au mois de Mars, j’ai coaché une équipe Marketing d’une vingtaine de personnes sur ce thème : Apprendre à dire non. Lorsqu’ils ont appris qu’ils allaient suivre cette formation ET qu’elle était organisée par leur boss, ils étaient un peu scotchés. Certains membres de l’équipe lui ont demandé : « Mais tu n’as pas peur qu’on te dise tout le temps « non » après ça ?!! ». Avec un sourire en coin, elle leur a répondu : « Au contraire, je pense que vous allez me dire « oui » plus souvent ». Et elle avait tout à fait raison. Parce que dire « non », ce n’est pas poser un « non » sec, inutile, stérile… et inenvisageable quand on travaille pour quelqu’un ! Dire « non », c’est apprendre à exposer ses priorités, faire comprendre ses besoins, à négocier des délais, des conditions avec les autres. C’est être force de proposition, prendre les choses en main, ne pas subir mais devenir acteur. Goodbye, Caliméro ! Vous pouvez donc apprendre à dire non dans votre vie perso ET dans votre vie pro.

 

Si vous avez envie d’aller plus loin…

J’organise une journée Apprendre à dire non le vendredi 10 Juin ! Vous y apprendrez des techniques pour dire « non » de façon entendable, en gardant de bonnes relations et une bonne image auprès des autres. Si vous êtes intéressé(e) ou si vous pensez que cela pourrait intéresser quelqu’un que vous connaissez, toutes les infos sont ici ! (programme, tarifs, lieu, horaires). Nous serons dans un super endroit, lumineux et design :)

12716284_463215630543570_2713730104325707062_o

Et si vous avez envie de travailler sur ce sujet en coaching individuel, n’hésitez pas à me contacter : contact@marionlfd-coaching.com

Je vous souhaite un excellent weekend !

M