Vos mots sont-ils plutôt "freins" ou "moteurs" ?

Le poids des mots, le choc des photos… Vous avez déjà sans doute croisé cette baseline mythique de Paris Match ! Et bien justement, aujourd’hui on va parler du poids des mots ! Avis à ceux qui n’aiment pas écrire : il s’agit aussi des mots prononcés à l’oral, vous pouvez donc continuer à lire :)

Lors du dernier Atelier que j’ai organisé au mois de Janvier, j’ai appris à mes participants la technique permettant de formuler un feedback efficace – de faire un retour d’expérience à son interlocuteur, quoi. L’un des points qui les a le plus marqués, et que j’aimerais partager avec vous, c’est le fait de bien choisir ses mots. Car oui, l’un des facteurs clés de succès pour un feedback bien formulé (et donc agréablement reçu) consiste à utiliser les bons mots. Evidemment, là il s’agissait d’une technique bien particulière, mais à vrai dire, quelles que soient les situations que l’on rencontre dans la vie, force est de constater que : les mots influencent notre perception du monde.

Pourquoi ? Parce qu’ils sont chargés d’émotion. Chaque petit mot qui se balade dans vos conversations personnelles, dans vos présentations professionnelles, dans vos messages est connoté de l’une des 6 émotions de base : joie, tristesse, peur, colère, surprise, dégoût. Autant dire qu’ils influencent sacrément notre vision des choses !

Exemple typique, rapporté par l’une de mes clientes l’autre jour en coaching : son collaborateur avait écrit dans son Power Point de prévisions de ventes l’expression « chiffre d’affaires espéré ». Jugeant la tournure un tantinet déprimante, elle lui demande : « Et vous pensez l’atteindre, ce chiffre d’affaires ? » … « Ben… oui, bien sûr ! » … « Très bien, alors marquez plutôt : chiffre d’affaires ciblé ! »

Vous voyez la nuance ? Le mot « espéré » positionne dans une logique de « Je vais essayer, mais je ne suis pas sûr d’y arriver » (ce qui en plus n’est pas le cas !). Je ne sais pas comment vous-même, le percevez ? En ce qui me concerne, il est connoté un chouillat looser, et empreint des émotions peur et tristesse.  Tandis que le mot « ciblé » positionne dans une logique de « Allez les gars ! On y va ! ». A mes oreilles, il résonne avec action, dynamisme, certitude, confiance, engouement. Et pour vous ?

Bref, vous l’aurez compris, il existe 2 catégories de mots : les mots « freins » et les mots « moteurs ». Les premiers gèlent la situation, ils donnent le sentiment de tourner en rond voire même de régresser, ils enfoncent le couteau dans la plaie, ils enferment dans l’espace problème, freinent, bloquent, parfois même détruisent. Ils appellent à la passivité. La seconde catégorie, c’est comme une clé magique qui ouvre des portes sur un espace solution, qui encourage à l’action, donne envie, fait naître une intention, permet de rendre réel quelque chose qui n’existe pas encore. Ces mots-là appellent à la motivation !

Françoise Kourilsky, la grande dame de la psychologie qui a travaillé sur ce concept écrit que « Les mots, selon la signification que nous leur attribuons, peuvent limiter comme élargir nos façons de penser et nos possibilités d’agir (…) Les mots sont à la fois des remèdes et des poisons prêts à intoxiquer comme à guérir celui qui les prononce et celui qui les écoute. Ils forment à la fois les barrières que nous élevons consciemment ou inconsciemment contre nous-mêmes ou contre les autres, et les passerelles qui permettent de nous relier aux autres ».

Tout est dit : les mots expriment une pensée et ils impriment une direction.

Alors suivant votre intention, vous pourrez utilisez ceux qui figurent ci-dessous à bon escient !

Excellente soirée à tous :)

Capture d’écran 2016-02-04 à 16.19.55

 

Photo / Pexels