« Et toi, tu fais quoi dans la vie ? »

On est tous d’accord, c’est dans 90% des cas la question number 2 quand on rencontre une nouvelle personne, après l’essentiel : « tu t’appelles comment ? »

Et dans 90% des cas aussi, on répond au choix (selon ce qu’on a envie de dire ou de ne pas dire) :

  • par son métier (« je suis journaliste », « je suis avocat »)
  • par son secteur (« je suis dans la com' », « je bosse dans la finance »)
  • par le nom de sa boîte (« je travaille chez Duchmole »)

S’ensuit généralement une vague description du poste, avec la volonté non camouflée de simplifier au maximum la job description pour atteindre tous les publics (« En gros, je m’occupe de … pour que … « ). Et en options, en fonction des cas, une mise en avant des compétences acquises pour ce faire (« j’ai une formation de … ») et de l’expérience passée.

Alors voilà, aujourd’hui je vous parle de ça parce que j’ai visionné la géniale conférence Ted de Simon Sinek, « Comment les grands leaders inspirent l’action ». Et mon objectif c’est de vous expliquer comment on peut être inspirant en répondant à la question « et toi, tu fais quoi dans la vie ? » :)

En fait, lorsque l’on répond selon le schéma (hautement caricatural) que j’ai décrit plus haut, on poursuit une explication qui, dans l’idée, part de l’extérieur de soi pour aller vers l’intérieur de soi. Je m’explique : l’extérieur c’est ce que tout le monde peut voir, votre job title. L’intérieur, c’est ce qui vous a mené à faire ça (vos formations, patati patata). Donc on commence par décrire le WHAT (ce qu’on fait) pour ensuite parler du HOW (comment on le fait).

Et c’est là qu’intervient toute la magie de Simon Sinek et de son (très modestement baptisé) « Golden circle ».

Illustration :

4b87188371db8a35398297fd593e8c31

Vous l’aurez compris, le principe de Simon c’est de faire l’inverse, de partir de l’intérieur vers l’extérieur, et surtout, surtout, de parler d’un truc donc on ne parle jamais en temps normal : le WHY.

Donc dans l’ordre de parler de :

  1. Why : Pourquoi faites-vous ce que vous faites ? Quel est l’objectif ? = Quelles sont vos convictions ?
  2. How : Comment faites-vous cela ? = A quels talents, compétences faites vous appel ?
  3. What : Que faites-vous ?

Simon est parti du constat que tout le monde sait ce qu’il fait, la plupart des personnes savent comment elles le font, mais peu d’individus savent pourquoi ils font ce qu’ils font. C’est valable aussi bien pour les personnes que pour les entités. C’est ce qui explique entre autres le succès de Apple et l’insuccès de ses concurrents. Parce qu’Apple a une vraie vision : thinking differently and challenging the statu quo.

Qu’en est-il de nous lorsque nous nous présentons ? Nous avons tous une histoire de vie, des anecdotes, une raison pour faire ce que nous faisons aujourd’hui. Parce que la vie est un parcours et que nous ne sommes pas arrivés là par hasard. Et au fond, ce que les autres ont envie d’entendre, lorsqu’ils nous posent cette fameuse question, ce n’est pas « qu’est-ce que tu fais ? », c’est « qu’est-ce qui t’a mené là ? quelle est ton histoire ? quel est le sens de ce que tu fais pour toi ?  »

« People don’t buy what you do, they buy why you do it »

(Simon Sinek)

Que l’on soit dans une dimension de business ou pas, peu importe, le but n’est pas de découvrir ce que vous faites mais pourquoi vous le faites, en quoi est-ce que vous croyez.

Et vous savez pourquoi en suivant ce schéma vous toucherez beaucoup plus votre interlocuteur ? Parce que c’est biologique. Notre cerveau d’homo sapiens est composé du cerveau limbique et du néocortex. Le néocortex est le siège du rationnel, de l’analytique, du WHAT. Le cerveau limbique, lui, est le siège des émotions et de la prise de décision, c’est le cerveau du WHY. Lorsqu’un individu prend une décision, c’est son limbique qui décide s’il le sent bien, et son néocortex qui rationalise la décision. C’est la raison pour laquelle il nous arrive parfois d’avoir envie de prendre une décision qui paraît rationnelle, et en même de se dire « je ne le sens pas ». Votre cerveau limbique n’est pas d’accord, et comme c’est lui qui a le mot de la fin, ça vous laisse un peu perplexe.

cerveau-influence

Voilà, c’est prouvé scientifiquement.

La théorie de Simon Sinek explique pourquoi les grands leaders de ce monde se sont détachés du lot : parce qu’ils avaient une conviction, une vision et qu’ils ont inspiré les autres. Il y en avait sans doute beaucoup d’autres à côté qui faisaient la même chose, mais qui n’étaient pas centrés sur leur motivation profonde et qui du coup n’ont pas déclenché le même enthousiasme. Ça explique aussi pourquoi un recruteur sera beaucoup plus séduit par un candidat qui partage ses convictions. Et ça explique enfin ce qui nous donne envie de parler des heures avec quelqu’un qui est passionné par son job et qui a de vraies choses à raconter sur la raison pour laquelle il le fait.

« If you talk about what you believe, you will attract those who believe what you believe »

(Simon Sinek)

D’un point de vue business, il est indéniable qu’en pitchant de cette façon, vous serez beaucoup plus inspirant et vous déplacerez des montagnes. On cherche toujours à rentrer dans les détails, à expliquer ce qu’on fait, comme ça se passe, mais tout cela n’est qu’un moyen au service d’une cause : le WHY.

« What you do simply proves what you believe in »

(Simon Sinek)

Votre WHY, c’est ce qui vous rend unique, parce qu’il n’y a pas deux histoires similaires. Deux plombiers peuvent exercer un même métier avec une passion commune, mais il le feront tous deux pour des raisons différentes. L’un sera plombier parce qu’il est passionné par l’ingénierie du système, l’autre peut-être parce que s’est inscrit dans ses gênes de se rendre utile aux autres. Bref, notre WHY c’est notre ADN, notre empreinte, notre marque de fabrique.

Allez, pour finir un exemple parlant pour illustrer tout cela, en mode sans / avec le Golden Circle. Imaginons un ostéopathe qui se présente lors d’un atelier organisé dans sa ville :

« Bonjour, je m’appelle Trucmuche, je suis ostéopathe. Cela fait 5 ans que j’ai mon cabinet basé à Pétaouchnoke. Je suis spécialisée pour les personnes qui ont des problèmes de dos. J’ai toujours été très intéressée par les médecines douces et c’est la raison pour laquelle j’ai choisi de me former à ce métier il y a maintenant 8 ans. »

Et avec le ★★★ Golden Circle ★★★ :

« Bonjour, je m’appelle Trucmuche. Il y a 8 ans, j’étais encore au lycée, et j’avais d’énormes problèmes de dos. Je suis allée voir un ostéopathe qui m’a miraculeusement soignée en l’espace de 3 séances, alors que ça faisait des années que je me trainais ce problème. J’ai découvert tous les bienfaits de l’ostéopathie, alors j’ai choisi de me former à ce métier parce que j’étais intéressée par les médecines douces et que celles-ci m’avaient sauvée de mes douleurs. Aujourd’hui je suis ostéopathe, je travaille dans mon cabinet de Pétaouchnoke, et je suis spécialisée dans les problèmes de dos ».

Évidemment, je vous vois déjà me dire « oui enfin quand même, je vais pas raconter ma vie », et je suis d’accord avec vous, tout cela sonne beaucoup plus adapté au marché américain qu’à notre marché français. MAIS, j’ai évidemment grossis le trait dans mon exemple, et vous pouvez trouver votre manière d’exprimer votre WHY d’une manière qui vous ressemble et avec laquelle vous êtes à l’aise. A la rigueur, testez-en différentes versions avec des personnes que vous êtes certain(e) de ne pas revoir ! So what, au pire vous ne pourrez qu’améliorer votre performance :) Fake it until you make it !

Allez, la prochaine fois que l’on vous demande « et toi, tu fais quoi dans la vie? », repensez au Golden Circle de Simon et vous verrez la différence !

Bonne semaine à tous !

golden-circle