Pour les incurables du « bilan de fin d’année »

Et voilà, demain c’est la veille de Noël ! Je ne sais pas pour vous, mais pour moi le mois de Décembre prend souvent des airs de mini-tornade. A peine ai-je posé le pied dans dans la première quinzaine que je me laisse emporter dans le flux pétulant des to do lists de trucs-à-terminer-absolument-avant-le-31, des sessions shopping-cadeaux, des pots de fin d’année et autres réjouissances à grand renfort de foie gras et Champagne. Non mais là je me plains, mais j’adooore le mois de Décembre !

En fait ce qui est amusant, c’est la toile de fond qui vient se dessiner mentalement derrière toutes ces agitations amicales et familiales. Une toile de fond qui devient de plus en plus nette dans mon inconscient au fur et à mesure que je me rapproche de la fatidique date du 31… L’auto-bilan ! C’est dingue à quel point chaque fin d’année est indéscotchable de ce bilan. Comme si la perspective d’une année toute neuve nous donnait d’irrépressibles envies d’analyses sur la précédente. Faut dire qu’entre les conseils de classe à l’école et l’infatigable coutume des bonnes résolutions, on nous a bien préparé à ça, tiens.

Pendant longtemps, j’ai eu envie de baisser le rideau et d’accrocher une petite affichette pendant quelques jours … fermé pour inventaire… tant mon esprit ressemblait à ça :

inventaire-comptable

Et puis j’ai fini par comprendre (ne vous y trompez pas, c’est récent) que ça faisait partie du charme. C’est vrai quoi, quand il reste du bordel ça veut dire aussi qu’il y a de la vie. J’ai fini par m’auto-convaincre que ce bazar pouvait tant bien que mal cohabiter avec le reste, à condition de ne pas se manifester trop bruyamment. Alors au diable les bilans et autres empêcheurs de tourner en rond. Ouste !

Mon seul mot d’ordre pour 2015 c’est la bienveillance.

Bienveillance vis-à-vis des autres, évidemment. Mais vous savez-quoi ? Très égoïstement, surtout bienveillance vis-à-vis de moi-même.

What ? Bah oui parce que franchement, prendre soin des autres, les soutenir, les rassurer, les encourager, on sait tous le faire. Mais bizarrement quand il s’agit de nous, on prend un malin plaisir à se tyranniser et à ne rien se laisser passer. Comme si on était… oh tiens, notre pire ennemi ?! Ce n’est pas moi qui l’ai dit !

Alors voilà, cette année j’ai décidé que je gagnerais davantage à être mon meilleur soutien, d’autant que je vais en avoir besoin avec ce qui m’attend ! Et si vous lisez cette note, c’est que vous aussi vous êtes des incurables du bilan, alors je vous invite à en faire autant :)

Soyons un peu plus cools avec nous même et tout ira bien.

Sur ces pensées hautement positives, je vous souhaite de délicieuses fêtes de fin d’année et une éblouissante année 2015 !

Photo 1 – Karo.hautetfort.com/boite_a_gribouille/ / Photo 2 – Adjuvamus.fr/blog/index.php?post/2012/L’inventaire-comptable – Photo 3 / Pinterest.com/pin/24488391696199803/


La saga des talents... suite et fin ! (2/2)

Me revoilà avec un teasing un peu plus long que prévu, mais je suis sûre que vous en avez profité pour peaufiner votre méthode n°1 ? N’est-ce pas ? 😉

Méthode n°2 – Déceler nos forces de caractère

Alors, comme je vous le disais, la seconde méthode que j’ai choisie est davantage « clé en main », puisqu’elle consiste en un test élaboré par 3 spécialistes de la psychologie positive, psychologues et coachs : les Prs Seligman, Mayerson et Peterson pour l’institut VIAME de Minneapolis. Ces derniers ont réalisé un inventaire des forces de caractères et des qualités de l’être humain. Pour ce faire, ils ont enquêté dans les deux hémisphères pour comprendre au travers de cultures, religions, éducations radicalement différentes, quelles sont les facettes positives qui existent chez l’Homme. Sacré boulot. Du coup, ce test recense des forces de caractère intrinsèques à tous les habitants de la planète. Ils en ont dégagé 24, réparties en 6 grandes catégories appelées vertus. Des qualités qui déterminent de quel bois nous sommes faits, nos valeurs quoi ! En voici quelques unes pour l’exemple : créativité, courage, intégrité, leadership, intelligence sociale, etc. Mmmhhh… on est encore un cran au dessus des talents là, n’est pas?

Pour connaître son classement de valeurs, il suffit de répondre à une liste de 240 questions. Cela prend un quart d’heure / vingt minutes, le test est gratuit et accessible à tous. Il a été conçu par des américains mais il est traduit en français, il faut simplement s’enregistrer en ligne pour pouvoir y accéder. Cliquez ici pour accéder au Graal. :) Pour visualiser à la totalité de votre classement, n’oubliez pas de cliquer sur see all en bas de la première page de vos résultats.

Lorsque les résultats apparaissent, vos qualités sont classées par ordre décroissant. Commençant donc par celle qui vous ressemble le plus jusqu’à celle qui vous ressemble le moins (oh comme elle est sympa de me rappeler la définition de décroissant).

Les dernières de ma liste sont personnellement celles que j’envie le plus aux autres ! Les premières de ma liste sont celles qui me paraissent si faciles que je ne réalise même pas en être dotée. En tout cas, mon peloton de tête m’a clairement permis de tricoter du lien entre toutes mes expériences et de donner du sens à ce qui pourrait paraître légèrement bordélique incohérent vu de l’extérieur.

Ok et j’en fais quoi maintenant ?

Ahaha je vous vois venir ! Alors après s’être gentiment gorgés de satisfaction à la vue de nos grandes valeurs humaines, on peut capitaliser dessus. C’est à dire… ? Eh bien on utilise consciemment nos qualités, on active le meilleur de nous-même pour mieux construire, cheminer dans la vie, négocier les virages, les changements, résoudre les difficultés. Nous avons chacun des façons différentes d’aborder une même question. En faisant appel à nos qualités, nous décuplons nos forces pour trouver des solutions. Youpi !

Si on veut se challenger, on peut aussi choisir une qualité qui ne figure pas forcément en tête de notre liste mais qui nous est chère et l’utiliser à fond pendant un certain temps. Une semaine c’est un bon début. De façon à petit à petit faire rentrer de nouvelles découvertes dans sa vie.

Conclusion !

Vous allez dire que je radote mais franchement on gagne 100 fois plus à cultiver ses forces plutôt qu’à corriger ses défauts. On a tous des prédispositions, alors autant s’en servir pour se considérer positivement, être épanoui, trouver de l’énergie, de la motivation et être au top ! Allez, on active, on active :)

Bonne soirée !

Photo / Murakami à Versailles – Judo-la-salvetat-colomiers.over-blog.fr


Petite recette pour détecter ses talents (1/2)

Cet été, j’ai trouvé sur ma route une phrase de ma chère Gisèle Casadesus qui m’a tout particulièrement marquée : « Il faut cultiver le talent que l’on a reçu, on ne peut pas s’endormir dessus. » Cette phrase a résonné en moi à un moment où j’avais justement le sentiment d’avoir perdu de vue mes intérêts profonds. Depuis, comme par hasard, mon chemin a été parsemé de bouquins, articles, conférences allant dans le même sens. Construire sur ses talents. Ça peut paraître un peu idiot vu comme ça, mais je réalise que beaucoup d’entre nous passent davantage de temps à essayer de combler leurs faiblesses qu’à construire sur leurs atouts. Pourquoi ? Parce que nous connaissons mal nos atouts ! Parce qu’un talent c’est quelque chose qui nous est tellement inné, tellement évident, qu’on ne réalise même pas que c’en est un. Ça vous est forcément déjà arrivé que l’on vous dise : « Olala mais comment tu fais pour faire ça ? Moi j’en serais incapable ! » Généralement dans ces moments-là, la première chose qui nous vient à l’esprit c’est que la personne en face est particulièrement maladroite dans ce domaine. Et basta, on passe à autre chose, on se garde bien d’insister dessus, ce serait franchement indélicat. Bah oui mais non, en fait c’est l’inverse. En l’occurrence cette personne là a des aptitudes normales, standard, c’est nous qui avons des aptitudes plus élevées que la moyenne. Il y a un décalage dont nous sommes parfaitement conscients, mais nous interprétons ce décalage dans le mauvais sens, parce que nous ne sommes inconscients de nos propres talents.

Pourquoi c’est enthousiasmant de (re)découvrir ses talents ?

  • Curiosité de soi – On est tous curieux, et encore plus de nous-mêmes. Nous sommes tous candidats à une meilleure connaissance de notre petit être, et je ne crois pas me tromper en disant que connaître ses dons est l’étape numéro dans un travail sur notre développement personnel. Ces qualités là nous rendent uniques, car chaque individu est constitué différemment.
  • Carburant d’estime personnelle – Évidemment, mettre le doigt sur nos talents ne peut que booster notre estime, puisqu’il s’agit là de ce que nous faisons le mieux ! Activer nos talents nous anime, nous fait plaisir, c’est notre carburant, notre dope, notre vitamine. Quand on les utilise on se sent soi, vivant, on perd toute notion de temps. Écrire mes articles est pour moi une source inépuisable d’enchantement. D’autres trouveront leur nirvana dans l’élaboration d’une pâtisserie, en prenant la parole devant une assemblée, en chinant un meuble rarissime, en soutenant leur point de vue dans des débats animés, ou dans plein d’autres activités encore.
  • Optimisation de performances – Que cela s’applique à nos loisirs ou (encore mieux) à notre métier, découvrir nos dons nous permet d’optimiser notre efficacité en construisant là où nous sommes les meilleurs, en appuyant sur nos bons boutons intérieurs. Cela peut aussi nous permettre petit à petit de nous rapprocher de notre zone d’excellence.
  • Enrichissement de son vocabulaire pour parler de soi – Qui n’a jamais été déstabilisé lorsqu’on lui a demandé de parler de soi ? Nous passons notre vie avec nous mêmes, mais paradoxalement c’est parfois notre personne dont nous avons le plus de difficultés à expliquer le fonctionnement.

Comment faire ?

J’ai découvert ces derniers mois différentes techniques pour découvrir ses talents, et j’en ai sélectionné deux pour vous, deux qui selon moi se complètent. La première demande un cheminement personnel, elle oriente vers des questions qui nous permettent d’identifier notre brillance et ce qui résonne en nous. Je vous encourage à faire ce petit travail, car on peut être surpris de ce qu’il en ressort ! La seconde est davantage « clé en main », puisqu’elle consiste en un test élaboré par 3 spécialistes de la psychologie positive, psychologues et coachs. Elle permet de mettre en lumière nos forces de caractère. Vous verrez que nos intérêts et nos forces de caractères sont intimement liés, et j’espère que cette recette sera pour vous l’occasion de faire de jolies découvertes sur votre belle personne.

Méthode n°1 – Activer notre brillance et ce qui résonne en nous

J’ai découvert la première méthode dans les travaux de Christine Lewicki, qui parle de « brillance » et de « résonance » pour désigner nos intérêts. « Activer notre brillance est la clé de notre épanouissement. Sans notre zone de brillance, c’est comme si toute une part de nous mourrait sans avoir été utilisée. Cette brillance est intimement liée à ce qui résonne en nous, et c’est à nous d’apprendre doucement à « entendre » cette vibration intérieure qui se déclenche quand nous activons nos talents. »

Voici le déroulé de questions qui permet d’accéder à sa brillance personnelle :

  1. « Faire une liste exhaustive des adjectifs qualificatifs que vous aimeriez utiliser (ou que vous aimeriez que les autres – votre mari, votre femme, vos enfants, vos collègues, vos amis, vos voisins – utilisent) pour vous décrire. Vous pouvez y indiquer des qualités qui sont déjà au cœur de votre vie, et que vous savez profondément alignées avec qui vous êtes, ou bien des qualités que vous aimeriez bien activer plus largement. (…) ne réfléchissez pas trop ! (…) Notez tout ce qui vous vient en tête. »
  2. « Parmi cette liste, il vous faut maintenant choisir trois mots qui sont selon vous les plus importants et les plus alignés avec vos aspirations profondes, avec ce qui est vrai au fond de vous. Choisissez des mots qui vont vraiment vous permettre de faire rayonner votre beauté et votre force humaine ! »
  3. « A côté de chacun des (trois) mots, écrivez deux à trois phrases pour expliquer pourquoi vous avez choisi ce mot. Cette étape va vous permettre de comprendre pourquoi ces mots sont les vôtres, pourquoi vous avez choisi ces trois-là et non pas trois autres tout aussi attractifs. »
  4. Demandez vous : « Qu’est ce qui pourrait devenir possible pour moi si je parvenais à mettre ces trois mots au cœur de ma vie ? Qu’est-ce que je peux faire différemment dès demain ? »

Cet exercice permet de mettre en lumière vos qualités, et en particulier celles que vous voulez faire rayonner, afin de pouvoir les exploiter de manière plus profonde à l’avenir.

Notre grande obsession tout au long de notre vie est de rester dans les rails, de ne pas sortir du cadre. Sauf qu’à moment donné nous réalisons qu’à force de vouloir remplir notre vie de raisonnable et de se soucier du qu’en-dira-t-on, nous en avons oublié nos désirs profonds, notre richesse intérieure. Les questions qui suivent permettent justement de renouer avec ce qui « résonne en nous », notre « être profond », notre « zone de génie » :

  • « Listez (…) ce que vous avez toujours rêvé de faire ou de devenir dans le présent et dans le passé, et surtout quand vous étiez enfant avant que l’opinion des autres ne devienne importante. »
  • « Listez (…) les choses que vous aimiez le plus faire dans le passé (avant que vous ne soyez trop occupé ou débordé par la vie). »
  • « Qu’est-ce que vous regretteriez de ne pas avoir fait (faire), eu (avoir) ou été (être) dans votre vie ? »
  • « Imaginez que vous avez gagné au loto, vous avez réalisé tous vos rêves matériels (maison, voiture, voyages, …). Maintenant, qu’est-ce que vous voulez faire ? »
  • Quelles sont les activités qui font chanter votre cœur, vous donnent un profond sentiment de joie et vous mettent de bonne humeur ? »
  • « Parmi ces activités, est-ce qu’il y en a qui vous font tout particulièrement perdre la notion du temps ? »
  • « Quels sont les sujets qui attirent toujours intensément votre attention (à la radio, sur Internet, dans la presse, lors de conversations…) ? Qu’est-ce qui vous attire en eux ? »
  • « Envoyez un e-mail ou bien ayez une conversation avec cinq personnes de votre entourage. (…) Demandez-leur quelles sont, selon eux, vos deux plus grandes qualités et demandez-leur aussi de partager une (ou plusieurs) situation spécifique pendant laquelle vous avez brillamment activé cette qualité. (…) Vous ne serez pas déçu des réponses que vous allez recevoir, je peux vous le garantir ! »

Rassurez-vous, tout cela prend bien moins de temps qu’il n’y paraît. Posez-vous tranquillement quelque part pendant 20 ou 30 minutes, et vous aurez amplement le temps de répondre à cette liste de questions. Osez faire le dernier exercice, même si ce n’est qu’avec une ou deux personnes, vous tomberez de haut.

Allez, un peu de teasing, je vous livrerai la méthode n°2 un peu plus tard !

Bonne soirée et belles découvertes mes petits loups !

keep-calm-and-show-your-talent

Photo 1/ Titansentertainment.net – Photo 2/ kassistanceconseil.fr


Parfois, quelques mots valent mieux qu'un long discours

« Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose… Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer. »

Antoine de Saint-Exupéry